Cinéma : notre séléction d'octobre 2017

À l’ouest du Jourdain

01 octobre 2017

Héritier du sionisme des origines mais adolescent critique de la politique de son pays, le réalisateur a été confronté à deux guerres : celle des Six Jours en 1967 et celle de Kippour en 1973, qui le contraint à interrompre ses études d’architecture. Inaugurée par un documentaire, House, consacré à la reconstruction d’une maison et interdit en Israël, son œuvre universelle et citoyenne comporte sur plus de 40 ans de nombreux titres jusqu’au très remarqué Dernier jour d’Yitzhak Rabin en 2015.

Avec son dernier film, présenté à Cannes et chaleureusement accueilli à la Quinzaine des Réalisateurs, Amos Gitaï, accompagné d’un caméraman et d’un ingénieur du son, retourne dans les territoires occupés, pour la première fois depuis son Journal de campagne (1982) qui l’avait obligé à s’exiler. Il circule en Cisjordanie, où il se veut témoin, face à une situation politique bloquée, d’efforts individuels et collectifs de citoyens israéliens et palestiniens courageux pour tenter de dépasser les conséquences d’une occupation qui dure depuis cinquante ans. En rencontrant des familles endeuillées et des ONG, des civils et des militaires, des politiques et des journalistes, il cherche ainsi à capter ce qui, malgré le terrorisme et sa répression, les conduit à résister à la déshumanisation pour jeter les bases d’une réconciliation, en entrant dans des initiatives de paix qui sont autant de lueurs d’espoir que les extrémistes juifs et arabes veulent éteindre.

Habilement nourrie par des documents d’archives, la complexité du conflit est mise en lumière par des images et des propos qui témoignent des violences illégales contre les Palestiniens, que Gitaï filme sans angélisme de même qu’il écoute opposants comme défenseurs de la politique d’apartheid du gouvernement israélien. Bien qu’on puisse estimer trop strictement journalistique le dispositif de ce « journal de bord » que, très présent à l’image, nous présente Gitaï, ce film n’en est pas moins passionnant par son regard critique sur la société israélienne et son message d’espoir. 

 

À l’ouest du Jourdain, un film d’Amos Gitaï. Sortie le 11 octobre 2017 (Israël-France, 84 min)

 

Jean Michel ZUCKER

Commentaires