Des vérités en débat

24 mai 2018

À partir des racines grecque et juive de notre civilisation, l’auteur présente la place et les impasses d’une variété d’interprétations au sein d’une Église multitudiniste.

  Dans notre rapport à la vérité, nous avons été formatés par la logique d’Aristote, dont un des fondements est le principe de non-contradiction qui dit que les contraires ne peuvent coexister dans une même chose. Autrement dit, si deux interprétations différentes sont proposées pour un texte, si l’une est juste, l’autre est forcément fausse, et réciproquement. Ce principe est une des bases du raisonnement scientifique, mais peut-il s’appliquer à l’interprétation d’un texte qui relèv...
Article payant / bientôt disponible en ligne
Antoine Nouis, théologien protestant

Commentaires