La catéchèse

01 octobre 2017

Tout oppose le Petit Catéchisme de Luther et Godly Play, initié par le pasteur américain Jerome Berryman dans le sillage de Maria Montessori. Quoi de plus normal ? Cinq siècles de découvertes scientifiques, de mutations sociales et d’avancées théologiques ont bouleversé la catéchèse. La comparaison entre le Petit Catéchisme et Godly Play est intéressante car elle nous aide à mesurer l’ampleur de ce bouleversement.

Martin Luther publie en 1529 le Petit Catéchisme pour répondre à un urgent besoin d’un exposé clair et concis de la Réforme à l’usage des parents et des pasteurs pour l’éducation des enfants. Il aborde le Décalogue, le Credo, le Notre Père, le baptême et la sainte cène sous la forme de questions et de réponses. Les manuels catéchétiques vont devenir des marqueurs confessionnels, et ceci jusqu’à nos jours.

Godly Play (que l’on peut traduire par Jouer avec ou en Dieu) est une catéchèse narrative qui s’est largement répandue depuis quarante ans sur tous les continents et parmi toutes les confessions chrétiennes. Godly Play est, pour la première fois de l’histoire de l’Église, une catéchèse œcuménique. Non pas en ce qu’elle rabote les différences mais en ce que, au contraire, elle permet aux diverses spiritualités de s’exprimer sans s’opposer les unes aux autres, en respectant les accentuations (liturgiques ou bibliques) chères à chaque confession.

 

Méthodes

Le Petit Catéchisme, ses successeurs et concurrents sont très attachés à l’idée d’une transmission et au rapport adulte/enfant, enseignant/enseigné. Godly Play n’est plus un outil scolaire de transmission de savoirs et surtout pas de foi. C’est l’adulte qui grandit dans la foi en compagnie de l’enfant. Avec Godly Play, on apprend à parler la langue chrétienne qui n’est pas faite de concepts et d’idées mais de paroles vivantes venant des récits bibliques, des paraboles, des temps et des symboles liturgiques et du silence. On apprend à communiquer et à communier grâce à ce langage nouveau et universel. Voici la tâche éducative du catéchète.

© kevron2001-Fotolia.com

 

 

Points communs

Il reste néanmoins trois points communs au Petit Catéchisme et à Godly Play : leur retentissement universel, leur enracinement biblique et surtout leur but, qui est de permettre à chaque croyant, enfant, adolescent ou adulte, de penser sa relation avec Dieu, avec les autres, avec le monde dans la liberté et de construire soi-même un sens à sa vie. Autrement dit, d’être, à tout âge, un théologien 

 

Godly Play s’appuie principalement sur une pédagogie non-coercitive, ludique et liturgique. Les matériaux utilisés pour les animations Godly Play sont beaux et simples. Il est possible de les créer soi-même, mais ils sont aussi en vente. Dans ce cas, ils sont souvent fabriqués artisanalement par des ateliers de personnes en situation de handicape ou en insertion sociale.

 
 

En savoir plus

Jerome W. Berryman, Godly Play, Augsburg Fortress, 1991 (en anglais) ou consulter le site de la Fondation Godly Play et les vidéos sur YouTube.

Richard GOSSIN

Commentaires